logo syndicat2

Les réactions face au budget fédéral de 2016

Un budget qui permettra aux gens de respirer, selon la CSN

La CSN salue le premier budget du gouvernement Trudeau et le soutien qu’il apportera aux populations québécoise et canadienne. « Le ton tranche avec celui du gouvernement précédent », souligne d’entrée de jeu le trésorier de la CSN, Pierre Patry.
Afin d’en lire d’avantage sur les réactions de la CNS : Cliquez ici.

Réaction de la CSQ au budget fédéral – Un vent de changement à Ottawa

La présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, accueille positivement le budget fédéral 2016-2017 déposé aujourd’hui par le ministre des Finances, Bill Morneau.

Afin d’en lire d’avantage sur les réactions de la CSQ: Cliquez ici.

Budget fédéral 2016: «Un pas dans la bonne direction pour colmater les brèches dans le filet social canadien» . – Daniel Boyer, Président de la FTQ

Montréal, le 22 mars 2016. – «Il s’agit d’un pas dans la bonne direction pour colmater les brèches majeures qu’ont causées les conservateurs durant leurs années au pouvoir.

Afin d’en lire d’avantage sur les réactions de la FTQ: Cliquez ici.

 

 

Le CNC réagit au budget 2016-2017

cnc logo

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Assurance-emploi : des avancées mais il reste encore à faire

Montréal, le mardi 22 mars 2016 – Le Conseil national des chômeurs (CNC) prend acte du budget fédéral : les promesses libérales en matière d’assurance-emploi sont respectées, ce qui n’est pas peu et participera clairement à l’amélioration générale de ce programme. En même temps, nous tenons à exprimer notre déception : des 12 régions visées par une augmentation des semaines de prestations, aucune au Québec et une seule dans les provinces Atlantiques.

Plusieurs problèmes demeurent entiers : le « trou noir » vécu par plus de 15 000 saisonniers, résidant principalement dans l’Est du Canada ; le relèvement des prestations maladie, le mal fonctionnement du Tribunal de la sécurité sociale.

Le CNC se joindra bientôt à d’autres organisations syndicales, dans le cadre de la Coalition des Sans-Chemise, pour lancer une grande campagne d’opinion publique afin de rappeler ces préoccupations et réclamer des solutions.

Le gouvernement a fait un bon bout de chemin. Poursuivons cette route.

– 30 –

Source : Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC)
Informations : Claude Guimond, 514-377-6754

trudeaumetre

Campagne des Sans-Chemise : Un premier bilan

Pendant les élections fédérales, la Coalition des Sans-Chemise, qui réunissait le CNC, la CSQ et l’AQTIS[1], a mené une campagne d’opinion publique afin d’interpeler la classe politique canadienne à propos du régime d’assurance-emploi, et rappeler…

  • que les travailleurs et les travailleuses sont de moins en moins protégés par ce programme social;
  • qu’à peine 38% des chômeurs ont accès à des prestations d’AE;
  • que des surplus faramineux, qui se comptent par milliards de dollars à chaque année, sont détournés de ce programme.

Nous avons mené une campagne qui a eu beaucoup de visibilité, et on peut dire « mission accomplie » : notre campagne a eu un impact et l’assurance-emploi a été un enjeu électoral. Jamais la classe politique ne s’était autant compromise sur cette question, avec des propositions et des engagements clairs.

Le Parti libéral a pris des engagements précis : (que vous pourrez suivre ici : https://www.trudeaumetre.ca/fr )

  • abolir la réforme conservatrice de l’assurance-emploi de 2012-2013;
  • réduire le délai de carence à une semaine;
  • abolir le critère d’admissibilité fixé à 910 heures;
  • prolonger les prestations compassion à 6 mois.

Alors, pour nous, débute maintenant une nouvelle étape, celle de s’assurer que le nouveau gouvernement concrétise ses engagements, tout en cherchant à ouvrir des discussions visant à réparer d’autres anomalies de ce régime social, par trop malmené au cours des 25 dernières années.

L’assurance-emploi c’est la sécurité économique pour des centaines de milliers de travailleurs et de travailleuses, c’est un enjeu important. Le moment est venu d’apporter des solutions !

[1] Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et l’Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS).

press

Les Sans-Chemise veulent du changement!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Les Sans-Chemise veulent du changement!

 

Montréal, le 16 octobre 2015. – La Coalition des Sans-Chemise a été partie prenante des élections fédérales pour réclamer des améliorations substantielles au programme d’assurance-emploi. Au nombre des grands objectifs visés par la Coalition, on retrouve :

►     une amélioration importante de l’accessibilité au régime d’assurance-emploi;

►     une augmentation notable du taux de prestations;

►     une plus longue période de prestations;

►     une réelle caisse autonome;

►     l’abolition du délai de carence.

Pour mener à bien cette campagne, les Sans-Chemise  se sont inscrits comme « tiers » auprès du directeur général des élections du Canada et ils ont déployé, sur l’ensemble du territoire québécois, une panoplie d’outils de communication et de publicité, dont une pancarte électorale et du matériel vidéo.

Lors d’une conférence de presse tenue à Montréal, ce matin, les leaders de cette coalition, soit Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), Daniel B. Lafrenière, secrétaire-trésorier de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), et Jean-Claude Rocheleau, directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS), ont tracé un bilan de cette campagne.

 

L’assurance-emploi, un enjeu présent au cours de la campagne électorale

 Le premier constat est que l’enjeu de l’assurance-emploi a été au cœur de la campagne électorale, comme jamais auparavant. La campagne des Sans-Chemise a donné des résultats. Ainsi, le Parti libéral du Canada (PLC), le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Bloc Québécois (BQ) ont tous trois pris des engagements visant des correctifs importants au régime d’assurance-emploi. D’ailleurs, rappelons qu’à peine 38 % des chômeurs ont accès à des prestations d’assurance-emploi, ce qui représente un plancher historique.

 

Des partis politiques qui prennent des engagements

 D’entrée de jeu, les trois représentants constatent que ces trois partis politiques (PLC, NPD et BQ) ont pris l’engagement ferme d’annuler les changements apportés par le gouvernement Harper en 2012 et 2013.

Daniel B. Lafrenière, de la CSQ, relève que « le NPD propose une caisse autonome, un seuil unique d’admissibilité fixé à 360 heures, un taux de prestations calculé sur les 12 meilleures semaines, l’ajout de 5 semaines de prestations dans les régions affectées par un taux de chômage élevé, en plus d’une bonification des prestations maladie et compassion ».

Jean-Claude Rocheleau, de l’AQTIS, souligne que « le Bloc québécois propose aussi une caisse autonome, un seuil d’admissibilité à 360 heures, une hausse du taux de prestation à 60 %, une plus longue période de prestation et l’annulation du délai de carence ».

Pierre Céré, du CNC, rappelle que, « dans le cas du Parti libéral du Canada, il s’agit d’engagements clairs, comme on n’avait pas vu ce parti en prendre sur cette question depuis très longtemps : réduire le délai de carence à une semaine, mettre fin au critère d’admissibilité de 910 heures et améliorer substantiellement les prestations de compassion ». De l’avis des trois représentants, il y a là les bases d’un renouveau.

 

Une caisse qui dégage des surplus

 Les représentants de la Coalition ont témoigné du fait que la caisse d’assurance-emploi dégage des surplus importants. Ainsi, selon le rapport actuariel, la caisse de l’assurance-emploi a enregistré des surplus de 2,9 milliards de dollars en 2013 et de 4 milliards en 2014; les prévisions sont de l’ordre de 4,6 milliards pour 2015 et de 3,3 milliards pour 2016. Pour la Coalition, il est manifeste qu’aucun gouvernement ne pourra plaider le manque de fonds pour refuser de mettre en place les modifications demandées.

 

Au-delà de toute partisanerie : des solutions pour aider les sans-emploi

Les Sans-Chemise ont rappelé que « la solution aux problèmes du régime d’assurance-emploi est politique ». C’est pourquoi ils ont lancé un appel urgent : « La classe politique dans son ensemble doit s’engager, au-delà de toute partisanerie, à régler les problèmes que nous soulevons. C’est un enjeu majeur qui détermine la sécurité économique de centaines de milliers de travailleurs et travailleuses chaque année. Nous poursuivrons nos actions après les élections, jusqu’à l’obtention de résultats tangibles ».

 

– 30 –

Renseignements

Pierre Céré, CNC

Téléphone : 514 606-4074

Marie-Eve Imonti, CSQ

Téléphone : 514 917-9641

Catherine Escojido, AQTIS

Téléphone : 514 927-8807